Comment et Pourquoi utiliser WhatsApp dans ton business pour booster les ventes

Le but, c’est de pouvoir dégager une trésorerie positive qui va te permettre comme ça de développer ton business.

Et comment est-ce que tu dégages une trésorerie positive ? C’est qu’il faut que tu négocies, que tu repousses les paiements avec tes fournisseurs. Si par exemple tu avais des fournisseurs que tu payais comptant, négocie pour pouvoir payer dans un mois, dans deux mois, comme ça, ça te fait rentrer de l’argent.

Tu travailles avec leur argent. Et de l’autre côté, c’est d’exiger par exemple à tes clients de payer comptant. Si tu avais des clients qui te disaient “Est-ce que je peux te payer dans un mois, deux mois?” Tu leur dis non, maintenant vous payez comptant.

Et là, ça te permet de travailler également avec leur argent. Et encore, il y a encore mieux. C’est que si tu as des clients qui peuvent payer en avance là, c’est beaucoup mieux parce qu’il y a des activités où tu peux demander des prépaiements, qu’ils te paient en avance, et comme ça tu utilises cet argent justement pour développer ton business.

D’ailleurs ça me rappelle une histoire lorsque j’étais dernièrement en Afrique où j’ai rencontré un distributeur, un vendeur de produits cosmétiques. Et je lui ai conseillé un petit peu ces méthodes de bootstrapping pour pouvoir faire rentrer de l’argent, pour pouvoir faire rentrer l’argent dans son système et pour dégager un maximum de trésorerie.

Parce que je me suis rendu compte que ce distributeur de cosmétiques travaillait avec des fournisseurs déjà depuis plusieurs années donc des fournisseurs qui lui faisaient déjà confiance.

Donc ce qu’il me répond, il me dit non, il ne veut pas traiter avec ces fournisseurs là de cette façon parce qu’ils ont peut-être des pouvoirs mystiques et lui préfère payer cash et ne pas leur devoir de l’argent. Et donc je me suis dit regarde un petit peu comment des fausses croyances peuvent miner des opportunités.

Regarde comment des fausses croyances peuvent permettre à quelqu’un d’avoir l’opportunité vraiment de développer son business. Donc pourtant ici l’objectif, c’est d’avoir de la liquidité. Et comment tu le fais ? Simplement négocie avec tes fournisseurs pour les payer plus tard et négocie avec tes clients pour être payé beaucoup plus tôt Donc ça c’était la 3ème façon de trouver de l’argent pour développer son entreprise travailler avec l’argent des autres, c’est tout.

La quatrième façon de trouver de l’argent pour lancer son entreprise, c’est de louer au lieu d’acheter.

Oui parce que quand tu loues, tu vas voir que ça te donne vraiment de la flexibilité. Et ce qui fait que si par exemple le projet pour lequel tu t’étais engagé ne marche pas, tu peux rendre l’outil que tu as loué. Aussi ça te permet de ne pas t’engager sur de trop grosses sommes parce que quand tu loues, tu payes des fois des petites sommes tous les mois.

D’ailleurs ça me rappelle ma première entreprise parce que j’avais besoin pour cela d’un CRM. Un CRM, c’est un logiciel de gestion clients. Et ce CRM coûtait à l’époque 9000€. Et comme j’avais pas l’argent pour payer les 9000€ et comme je ne voulais pas aller à la banque prendre 9000€ avec des taux d’intérêt, qu’est-ce que j’ai fait ? J’ai négocié justement avec le développeur de logiciel et on s’est entendu que je devais payer 1 % de mon chiffre d’affaires tous les mois.

Ce qui fait qu’au bout d’un an et demi – deux ans, j’avais déjà remboursé le coût du logiciel et le logiciel finalement m’appartenait.

Donc il faut comprendre que le défaut aujourd’hui, c’est que les gens sont vraiment dans la possession. Chacun veut posséder, et pourtant on est aujourd’hui à l’ère de l’économie du partage.

Donc là il faut faire un shift dans sa tête. Il faut changer de mentalité. On est à l’ère de l’économie du partage, c’est pour ça que vous allez voir Blablacar, on partage les voitures, tu vas voir Airbnb, on partage les maisons. On est dans l’ère de l’économie du partage. D’ailleurs prenons l’exemple d’une perceuse.

Quelquefois tu vas acheter une perceuse, tu vas l’utiliser dix minutes après tu vas la mettre dans ton placard pendant 2 ans, ça n’aura servi à rien. Donc aujourd’hui, il faut penser à louer plutôt que d’acheter et les possibilités de louer sont vraiment nombreuses sincèrement.

Tu peux louer tout matériel un petit peu partout. Egalement même au niveau de la main d’oeuvre. Ca, je peux te dire, au lieu de prendre un salarié, commence à travailler avec des prestataires au début. Parce que ça, c’est une autre façon de louer de la main d’oeuvre. Et ça te permet comme cela de développer ta trésorerie très facilement.

Donc la quatrième façon de trouver de l’argent pour lancer son entreprise, c’est de louer au lieu d’acheter. La cinquième façon de trouver de l’argent pour lancer son entreprise, c’est de travailler de la maison. Oui tu peux travailler de la maison.

Parce que des fois, tu n’as pas besoin d’avoir un bureau.

Comment quitter son emploi | pour ne plus jamais être salarié?

5 façons de trouver de l’argent pour lancer son entreprise.

Je reçois vraiment beaucoup de messages de gens qui me disent qu’ils n’ont pas le budget, qu’ils n’ont pas les moyens de lancer leur entreprise. Et c’est pourquoi ils reportent encore et encore. Donc si tu es vraiment dans ce cas, écoute, pour moi ça prouve quelque part que tu n’as pas l’âme de l’entrepreneur.

Ca prouve que tu n’as pas ce désir profond, réel de vouloir vraiment lancer ton entreprise. Parce que lancer une entreprise, c’est un petit peu comme construire un parachute. Une fois qu’on s’est jeté dans l’air, c’est là que tu peaufines, que tu construis ton parachute.

Une entreprise, tu vas voir qu’on ne la commence jamais en ayant tout le budget nécessaire. C’est pas possible. Ce budget, tu vas l’obtenir sur le chemin, au fur et à mesure. Donc reste jusqu’au bout de cette vidéo et je vais te montrer comment tu vas pouvoir trouver de l’argent pour lancer ton entreprise grâce à une méthode qui s’appelle le bootstrapping.

Bienvenue dans la 20ème vidéo de la série qui s’intitule “Le pouvoir du Mindset”. C’est une série de petites vidéos de 5, 8, 15 minutes que tu peux regarder sur le chemin du travail ou bien dans les transports ou bien juste le soir avant de te coucher.

Donc si tu as envie de développer tes compétences business, si tu as envie de découvrir les méthodes qui vont te permettre de bâtir l’entreprise de tes rêves, écoute, clique sur le bouton rouge et abonne-toi à cette chaîne. Si tu ne me connais pas, je suis Bertrand Nouadje, je suis chef d’entreprise depuis 2006 et je suis spécialisé dans les stratégies d’entreprise, dans la vente et également dans le marketing digital.

D’ailleurs, j’accompagne de nombreux entrepreneurs à augmenter leurs chiffres d’affaires à travers notamment mes séminaires que je fais souvent en présentiel, à travers mes formations que tu pourras voir juste en dessous de cette vidéo, et à travers mes multiples publications.

C’est quoi le bootstrapping, au fait ? Le bootstrapping, c’est l’art de se débrouiller pour générer du revenu qui va te permettre de développer, de lancer ton business.

Il faut savoir une chose, c’est que personne ne va investir dans ton projet si toi-même tu n’as pas mis un peu d’argent. Si tu ne montres pas que tu prends des risques aussi, tu vas voir que personne ne va venir investir dans ton business. La preuve, regarde un petit peu les banques.

La banque ne te prête de l’argent que lorsqu’elle sait que toi aussi tu as déjà mis quelque chose. Parce que si tu ne mises pas un petit peu ton argent, généralement la banque ne te prêtera pas de l’argent à 100%, c’est pas possible. Donc ça me fait des fois rire de voir des gens, c’est souvent des cousins, des gens de la famille, ça ça existe souvent.

séminaire d’entreprise numérique: Témoignages

Le septième conseil pour avoir confiance en soi, c’est d’aider les autres.

Oui pour moi, c’est la meilleure façon de développer la confiance en soi. Parce qu’à chaque fois que tu vas aider l’autre, à chaque fois que tu vas donner des coups de main à l’autre, tu vas voir que ça va te donner un sentiment de fierté, un sentiment de plénitude.

Si à l’inverse tu passes le temps à demander de l’aide par ci par là, tu vas voir que ça va détruire plutôt ta confiance. Parce que tu te mets en situation d’infériorité à chaque fois que tu demandes. C’est pas mauvais de demander. Il faut souvent demander bien sûr si tu as besoin de connaissances, demande, il faut y aller.

Mais il faut que tu aies aussi l’habitude de donner. Parce que quand tu donnes, tu vas voir que ça augmente la plénitude en fait. D’ailleurs il y a un sujet que j’aborde souvent, c’est le rôle des aides sociales. J’ai toujours dit que les aides sociales, ça brise la confiance.

C’est bien les aides sociales de temps en temps pour remonter quelques personnes, mais si tu reçois ces aides sociales pendant trop de temps, à un moment ça brise ta confiance parce que tu es toujours dans la position de l’aidé et jamais dans la position de l’aidant, de celui qui aide.

Donc mets-toi en position d’aidant, mets-toi toujours en position de celui qui va aider et tu vas voir que ça va développer grandement ta confiance en toi. Donc ça c’était pour le septième conseil, mets-toi en position d’aidant, et pas en position d’aidé. Tu vois, la confiance en soi, c’est quelque chose qui se cultive.

Ca se cultive en apprenant à se connaître, ça c’est une chose. Ca se cultive en apprenant à accepter qui tu es. La confiance en soi, ça se cultive en arrêtant de se comparer aux autres. La confiance en soi, ça se cultive en faisant l’effort d’oublier ses défauts imaginaires.

Et la confiance en soi, ça se cultive en se donnant le droit de faire des erreurs. Oui, tu as le droit de faire des erreurs. Et la confiance en soi, ça se cultive en accentuant tes forces au lieu de chercher à chaque fois à combler tes faiblesses. Et la confiance en soi, ça se cultive en aidant les autres.

Et ça, je peux te le dire, tu peux le faire à tout âge. Donc si tu as aimé la vidéo, écoute, like, commente et puis partage mais surtout donne ton avis, c’est très important de me donner ton avis. Et puis partage cette vidéo avec toutes tes connaissances qui peuvent être intéressées.

Ne fais pas de la rétention d’information, partage cette vidéo et si tu n’es pas encore abonné à cette chaîne, clique tout de suite sur le bouton rouge et puis abonne-toi. Surtout, active la cloche et tu recevras mes nouvelles vidéos toutes les semaines pour développer ton mindset d’entrepreneur.

Crime de passion dans la famille Takam | appliqué au Marketing!

Et c’est comme ça qu’on a traumatisé une génération d’élèves, de personnes qui ont peur de l’échec, qui ont peur de faire des erreurs parce que pourtant dans la vie, plus vite tu vas faire des erreurs et plus vite tu vas apprendre.

C’est comme ça, c’est d’ailleurs Idriss Aberkane qui le dit, c’est que l’échec est un diplôme.

Oui, l’échec est un diplôme. Fais des erreurs, fais des erreurs et tu apprendras beaucoup plus vite. Parce que si tu fais des erreurs par contre, je te conseille : ne cherche pas à les cacher, ne cherche pas à cacher l’erreur. Accepte que tu as fait l’erreur et puis cherche plutôt à apprendre de cette erreur.

Et il faut savoir qu’on arrive à la perfection tout en tâtonnant. C’est en tâtonnant qu’on arrive toujours à la perfection. Donc le cinquième conseil que je peux te donner pour avoir confiance en toi, c’est de te donner le droit de faire des erreurs. L’échec est un diplôme.

Le sixième conseil pour avoir confiance en soi, c’est d’accentuer ses forces naturelles. Oui parce que nous tous, on a des forces naturelles dans différents domaines. Donc au lieu souvent de cacher tes faiblesses, parce que beaucoup de gens essayent plutôt de cacher, de combler leurs faiblesses, moi ce que je te conseille, c’est plutôt d’accentuer tes forces naturelles.

Oui, travaille sur tes forces naturelles, peaufine tes forces naturelles parce que plus tu seras meilleur dans ton domaine en peaufinant tes forces naturelles, plus la confiance en soi va se développer. Prenons le cas par exemple des champions qu’on a connus dans le domaine du football, que ce soit Samuel Eto’o, que ce soit Zidane ou bien dans plusieurs autres domaines par exemple, que ce soit Michael Phelps à la natation, c’est des gens qui ont beaucoup travaillé sur leurs forces naturelles, qui ont peaufiné leurs forces naturelles et ça leur a donné finalement quoi ? La gloire, l’argent, ça a donné bien sûr la reconnaissance et au final la confiance en soi.

Donc c’est des personnes qui auraient pu faire d’autres domaines, d’autres métiers, et c’est sûr qu’ils auraient été très moyens et bien sûr ils n’auraient pas eu toute cette confiance qu’ils ont aujourd’hui.

Donc le sixième conseil que je peux te donner pour avoir confiance en toi, c’est de développer, c’est de travailler justement sur tes forces naturelles et derrière forcément, tu vas voir que ce sera super bénéfique pour toi, pour hausser ta confiance en toi.

7 conseils pour gagner en confiance en soi

En fait, tu vas passer tout le temps justement à être un suiveur au lieu d’être un meneur.

Quelquefois il faut que tu sois la locomotive, que tu sois celui qui draine les autres. Et justement en te comparant aux autres, tu vas passer ton temps à te focaliser plutôt sur tes défauts au lieu de focaliser plutôt sur tes qualités.

Et d’ailleurs, on a frustré comme ça une génération de femmes en leur présentant des beautés dans des magazines. Pourtant c’est souvent des photos retouchées. Donc si jamais tu relativises les choses, si jamais tu as de la gratitude déjà pour ce que tu as, tu vas voir que la vie des autres n’est pas aussi glamour que tu le penses.

Donc aie déjà de la gratitude pour ce que tu as. Sois content de ce que tu es ou de ce que tu as, et puis tu vas voir que tu auras le coeur vraiment apaisé et après voilà, tu vas voir que la confiance va revenir. Donc le troisième conseil pour avoir confiance en soi, c’est arrête vraiment de te comparer aux autres.

Le quatrième conseil pour avoir confiance en soi, c’est : il faut que tu oublies tes défauts. Parce qu’en pensant à tes défauts qui sont souvent imaginaires, tu vas voir que tu auras peur à chaque fois de mal faire, et finalement tu ne seras pas à la hauteur.

Imagine par exemple, tu as une conférence avec plusieurs personnes qui doivent t’écouter. Tu as 200, 600, 1000 personnes devant toi. Ecoute, si tu penses à chaque fois à tes défauts, si tu penses que “oui, je risque de bégayer, je risque d’oublier tout ce que j’aurais à dire” écoute c’est sûr que ce sera l’échec assuré.

Moi quand j’ai par exemple un challenge à faire, quand je dois parler devant un public, ce que je fais, j’oublie un petit peu mes soi-disant défauts et je ne pense qu’à mes forces. Et comment est-ce que je pense à mes forces ? C’est que je me remémore un petit peu tous les moments où j’ai été bon, où j’ai été performant.

Et là, je me mets comme ça sur une onde vibratoire qui fait que je me sens à l’aise, je me sens bien et c’est comme ça que je me mets sur la bonne vague pour pouvoir délivrer le bon message, pour pouvoir être parfait. Donc toujours remémore-toi les moments où tu as été bon, remémore-toi les moments où tout a été positif, où tout a été parfait.

Et là, tu te mettras comme ça sur la bonne onde. Donc le quatrième conseil pour avoir confiance en soi, c’est oublie tes défauts, remémore-toi tous les moments où tu as été bon et forcément au bout, tu seras bon.

Le cinquième conseil pour avoir confiance en soi, c’est qu’il faut que tu te donnes le droit de faire des erreurs. Oui, donne-toi le droit de faire des erreurs parce que l’école ou bien la société en général nous a tous conditionnés à être sanctionnés à chaque fois qu’on fait une erreur.

Par exemple quand tu fais un exercice à l’école, dès que tu rates, on te sanctionne. Quand j’étais par exemple tout petit, je me souviens on avait des maîtres d’école qui nous faisaient des dictées et nous disaient nombre de fautes, nombre de coups. C’est à dire que si tu avais 10 fautes, tu avais 10 coups.

Tu avais 15 fautes, tu avais 15 coups.

6 Erreurs à Éviter Avec l’Argent (quand tu es dans la trentaine)

Je suis quelquefois un peu rêveur, c’est à dire que de temps en temps, il faut me dire Bertrand, on avait terminé à tel endroit, tel endroit et je suis un petit peu comme un moteur diesel en fait.

Mais dès que je suis lancé, c’est bon je pars. Je reconnais ma faiblesse. Donc la première chose à faire pour avoir confiance en soi, c’est déjà d’apprendre à se connaître.

Le deuxième conseil pour avoir confiance en soi, c’est d’accepter qui tu es. Oui, il faut que tu acceptes qui tu es. N’essaie pas de jouer quelqu’un d’autre parce que tu seras toujours la photocopie, tu ne seras jamais l’original dans ce cas.

Donc accepte quelque part même tes faiblesses. Parce que quand tu acceptes tes faiblesses, ça te donne un certain charme, ça te donne une certaine personnalité. D’ailleurs tu peux le voir, les héros de certains films parce que je rappelle, je ne suis pas très cinéphile mais je connais quelques héros de film.

Si tu regardes par exemple les héros de certains films comme l’inspecteur Colombo, tu verras que c’est quelqu’un qui a des défauts, des fois il fait oui ma femme, il est un peu tête en l’air mais dans les investigations, il est juste excellent. Pareil pour Superman, Batman, tous ces héros ont toujours des faiblesses, des défauts donc quand tu sauras t’accepter comme tu es, tu vas voir que ça va développer ce qu’on appelle ton amour propre.

C’est très, très important. Donc il faut que tu saches être quelqu’un de vrai, quelqu’un d’authentique, voilà. Parce que tu vas voir, il y en a qui vont parler, il y en a qui vont jouer souvent des rôles et ça, c’est fatal pour la confiance en soi.

D’ailleurs je le vois chez trop d’Africains qui manquent de confiance en eux et qui ont manqué de confiance en eux comme ça pendant toute leur vie. Pourquoi ? Parce qu’ils ont toujours été la photocopie de quelqu’un d’autre dans leur manière de parler, dans leur manière de se comporter, dans leur manière de se coiffer, tout a été tellement importé, les habitudes ont été tellement emportées qu’au final, on se rend compte que c’est extrêmement défavorable pour la confiance en soi, voilà.

Parce que quand tu passes ta vie à jouer la comédie, tu n’es jamais toi-même et tu ne seras jamais efficace. Donc la deuxième chose à savoir, le deuxième conseil que je peux te donner pour avoir confiance en toi, c’est simplement d’accepter totalement qui tu es. Ne joue pas un rôle, c’est important.

Troisième conseil pour avoir confiance en soi, c’est d’arrêter de te comparer aux autres. En te comparant aux autres systématiquement, qu’est-ce que tu fais ? C’est que tu te dévalorises.

Dieudonné censuré sur YouTube | Quelle leçon

Tu dois te poser la question “Est-ce que j’ai envie d’attirer par exemple des tontons, des personnes qui ont la cinquantaine et plus, qui ont juste envie de prendre une bière avec des amis et puis danser un petit peu du ndombolo, du soukous tranquillement ou est-ce que j’ai envie d’attirer des jeunes de 25, 30, 40 ans qui eux ont envie peut-être de chiller, d’emmener leur go et puis de manger, de fumer un petit peu la chicha ?” Donc tout ça, tu dois le définir.

Parce qu’en connaissant ta cible, tu sauras même carrément dans quelle zone tu peux t’implanter. Ca, c’est très important la zone de chalandise.

En connaissant également ta cible, tu sauras par exemple quels sont les plats que tu pourrais leur proposer. Donc tu vois, assure-toi vraiment de connaître ton audience, de maîtriser ta cible. Mais surtout, il faut que les produits ou les services que tu veux offrir correspondent exactement à leurs besoins.

Donc tu vois, la troisième étape pour construire une stratégie branding solide, c’est de connaître ton audience, de connaître ta cible. La quatrième étape pour construire ton branding, c’est le design. C’est ce qui est le plus connu. Parce qu’après avoir clarifié ta valeur, après avoir créé un récit et après avoir identifié exactement ta cible, ton audience, tu vas combiner le tout et ça tu vas le communiquer totalement sur ton design pour que cette audience ait vraiment la sensation d’être chez elle.

Parce que quand tu as communiqué tout ça, les gens vont se sentir bien dans le restaurant et ils vont se sentir chez eux.

Prenons toujours le cas d’un restaurant, parce que quand tu clarifies ta valeur, quand tu as un récit qui est clair, quand tu as une audience qui est parfaitement définie, maintenant tu peux déterminer très facilement les couleurs de ton restaurant. Quelles sont les couleurs que je vais mettre dans mon restaurant pour que ça corresponde à ma cible, pour que ça corresponde au récit que j’ai donné, pour que ça corresponde à mes valeurs ? Tu peux également déterminer même quel est l’uniforme de ton staff, comment est-ce qu’ils vont s’habiller ? Ca, c’est très important.

Tu peux déterminer même le menu, quel est le type de menu qui va correspondre à mon audience ? Tu peux déterminer également même quels sont les sites, les réseaux sociaux qu’il faut utiliser. Parce que tu sais qu’il y a des réseaux sociaux où tu as des jeunes, des moins jeunes et ainsi de suite.

Et même quelle est la musique d’ambiance que tu vas pouvoir mettre dans ton restaurant. Et tout ça, il faut que tout cet ensemble soit harmonieux. Il faut une certaine harmonie. Et puis c’est comme cela que tu vas emmener les gens à être fidèles à ta marque. Et c’est comme ça que tu vas faire passer ton business à un niveau supérieur.

Si tu as besoin des conseils stratégiques sur la mise en place de ta marque, j’organise une séance coaching personnalisée d’une heure. Et puis qu’est-ce qu’on va faire ? C’est qu’ensemble, on va étudier ton business de A à Z et puis tu partiras avec des propositions concrètes pour développer ta marque et surtout des outils pratiques pour accélérer le processus.

Ecoute, clique sur le lien juste en dessous de la vidéo et puis réserve ta place. Et comme je le dis toujours, c’est que tout ce que tu ne sais pas aujourd’hui te coûtera beaucoup plus cher demain.

10 idées d’affaires rentables pour les femmes mères

4 étapes pour construire une stratégie branding solide.

Tu sais lors de mes multiples séances de coaching, j’ai eu à rencontrer des gens qui avaient des business physiques par exemple comme des restaurants ou des salons de coiffure. Mais ils avaient zéro stratégie branding. Pourquoi ? Soit parce que c’est des gens qui ne savent pas ce que signifie le branding, soit parce qu’ils ne savent pas comment implémenter, comment mettre en place ces stratégies.

Si tu es propriétaire d’un restaurant, d’un salon de coiffure, d’un magasin de produits exotiques ou bien de tout business physique et que tu souhaites faire passer ton business à un niveau supérieur, écoute regarde cette vidéo jusqu’au bout parce que je vais te dévoiler ici les quatre étapes pour construire une stratégie branding qui soit solide, une stratégie qui fera que les gens soient fidèles à ta marque.

Bienvenue dans la 21ème vidéo de la série qui s’intitule “Le pouvoir du Mindset”.

  Comme tu le sais, c'est une série de petites vidéos de 5, 8, 15 minutes que tu peux regarder sur le chemin du travail, dans les transports ou même juste le soir avant de te coucher. Donc si tu as envie de développer tes compétences business, si tu veux découvrir les méthodes qui vont te permettre de bâtir ton entreprise de rêve, écoute clique sur le bouton rouge et abonne-toi à cette chaîne.

Si tu ne me connais pas, je suis Bertrand Nouadje, je suis chef d’entreprise depuis 2006 et je suis spécialisé dans les stratégies d’entreprise, dans la vente et dans le marketing digital.

D’ailleurs j’accompagne de nombreux entrepreneurs à augmenter leur chiffre d’affaires à travers mes séminaires, à travers mes formations que tu peux voir d’ailleurs en dessous de cette vidéo et à travers mes nombreuses publications. C’est quoi au fait le branding ? Le branding, c’est un ensemble d’expériences que tu vas faire vivre à ton client.

Ca part du visuel, c’est à dire que lorsque la personne voit par exemple ton magasin, ça c’est déjà du branding. Ca comprend aussi les interactions que la personne fera dans ton restaurant ou bien dans ton magasin la manière dont tu souris, la manière dont il est servi, ça ça fait partie de l’expérience client.

Egalement le branding, c’est le témoignage après qu’il soit parti de ton magasin. Donc tu comprends que le branding, c’est tout un grand ensemble. Ce n’est pas simplement le logo, ce n’est pas simplement la charte graphique. Parce que tout le monde pense que le branding, c’est uniquement au niveau du logo et la charte graphique.

La première chose à faire pour ton branding, c’est d’être clair sur la valeur que tu veux véhiculer. Oui, ça c’est important. Sois clair sur la valeur principale de ton restaurant ou bien de ton magasin.

Ca c’est pour que les gens s’y retrouvent, parce que si tu n’as pas une idée claire de la valeur les gens ne vont pas forcément s’y retrouver. La valeur que tu donnes à ton entreprise, que tu donnes à ton restaurant, ça va dicter la façon dont tu vas concevoir tes produits, ça va dicter la façon dont tu vas servir tes clients, ça va même dicter le langage que tu vas utiliser justement avec ta clientèle.

Par exemple, tu peux concevoir un restaurant qui est destiné aux personnes qui souhaitent manger des repas africains diététiques. Et là, tu vas voir que tu vas attirer un type bien défini de clients.

5 types de rémunération qui changentont ta vie

D’ailleurs beaucoup de restaurateurs ou beaucoup de chefs d’entreprise ont souvent peur de déclarer très ouvertement leurs valeurs.

Parce qu’ils ont peur de perdre d’autres clients périphériques. Mais non, il faut que tu attires des personnes pour lesquelles tu peux proposer un service qui va leur plaire.

Ton but n’est pas vraiment de faire plaisir ou de plaire à tout le monde, non. Ton but, c’est d’attirer des gens qui vont carrément adhérer à ton concept, qui vont adhérer à tes valeurs, c’est à dire tes vrais fans. Parce que c’est eux qui derrière payent. Donc la première chose à faire pour ton branding, c’est d’être clair sur la valeur de ton entreprise.

La deuxième étape de ton branding, c’est de créer un récit, c’est de créer une histoire derrière ton entreprise. Tu sais, depuis la nuit des temps, c’est à dire depuis la période de la chasse et de la cueillette, on racontait comme ça des histoires autour du feu.

Et donc les histoires, c’est quelque chose qui retient l’attention. L’histoire, c’est quelque chose qui vend. Je peux te donner un exemple : si tu as un restau, tu peux raconter une histoire en disant “J’étais à la recherche d’un restaurant africain qui offre des menus diététiques, j’en ai pas trouvé donc qu’est-ce que j’ai fait ? J’ai créé un restau qui va pouvoir satisfaire non seulement mes envies, mais satisfaire aussi les envies de ceux qui comme moi adorent les repas africains”.

Donc tu vois, c’est tout ça qui va faire que tu vas connecter comme cela avec tes clients.

D’ailleurs regarde un petit peu tous les grands groupes. Prenons le cas de KFC. KFC, tu vois souvent l’image du colonel Sanders. L’histoire raconte que colonel Sanders a eu tellement d’échecs, c’est à 65 ans qu’il a créé KFC. Il a créé KFC après 1009 refus. C’est à dire que 1009 refus où il est allé dans plusieurs restaurants pour faire valider la formule de son poulet et on n’a jamais voulu valider la recette de son poulet.

Donc c’est après 1009 refus qu’il a réussi à faire valider la recette de son poulet. Prenons le cas également de Thomas Edison. Thomas Edison, il se raconte que c’est après 1000 échecs qu’il a réussi à mettre en place la première ampoule.

Donc tu vois, il y a toujours des légendes qui accompagnent un petit peu le marketing et c’est ce que tu dois faire également pour ta boîte. Donc la deuxième étape de ton branding, c’est de pouvoir créer un récit, créer une histoire derrière ton entreprise.

La troisième étape pour construire ton branding, c’est vraiment de connaître ton audience, ce qu’on appelle ta cible. Parce que si tu mets un produit sur le marché sans savoir exactement la catégorie de personnes que tu cibles, la catégorie de personnes que tu as envie de toucher, écoute ça ne va pas marcher.

Parce que tu dois savoir à quel genre de personnes tu veux drainer ton produit. Quels sont même leurs besoins. Ca tu dois le reconnaître. Prenons toujours le cas du restaurant africain parce que c’est le cas qu’on prend pour que tu comprennes un petit peu tous les éléments.

séminaire business digital: Les témoignages

Et puis le benguiste adore le tertiaire, tout ce qui est informatique, gestion, mais il ne veut jamais aller dans les plantations pour ne pas bafouer son statut de benguiste.

Pourtant, si par exemple tu es Camerounais et que tu décides d’investir au Rwanda, si tu es Ivoirien et que tu décides d’investir par exemple au Gabon, écoute, tu n’auras pas toutes ces distractions familiales, et tu vas t’en foutre du m’as-tu-vu, en fait.

Aucun ami, aucun membre de ta famille ne sera là pour te juger. Donc investir dans un autre pays que le tien ça va t’éviter toute cette distraction. La deuxième raison de ne pas investir dans ton pays d’origine, c’est pour garder ta curiosité en éveil.

Je m’explique. Une chose en business est que quand tu connais mal ton marché, c’est l’échec qui est assuré derrière. Or quand tu es dans ton pays d’origine, tu penses souvent tout connaître. Pourtant en fait, tu ne connais rien.

Je connais des gens qui ont grandi à Abidjan et ne sont jamais allés à Yamoussoukro par exemple. J’en connais qui ont grandi à Cotonou et ne sont jamais allés à Porto Novo mais ils croient connaître le pays. Est-ce que tu as déjà remarqué que quand tu vas dans ton pays d’origine avec des amis étrangers ils vont souvent partout et c’est même eux qui t’informent de certains lieux que tu ne connaissais même pas.

Ou bien un autre cas, c’est que quand tu vis dans une ville très touristique par exemple comme Paris, tu ne vas pas visiter tous les monuments et c’est comme ça que tu perds un petit peu de ta curiosité.

Pourtant lorsque tu investis hors de ton pays d’origine, tu vas côtoyer le bas peuple, tu discutes avec tout le monde, il n’y aura pas à tes yeux des personnes qui soient inutiles. Parce que même le petit vendeur du coin peut te donner une information capitale. Et donc c’est en côtoyant ce bas peuple que tu sauras façonner des produits qui vont leur correspondre.

Et donc quand tu investis hors de ton pays d’origine, là tu es en mission. Tu gardes vraiment ton âme d’enfant et ce qui fait que tu es prêt vraiment à la découverte. Donc la deuxième raison, c’est que ça te permet de maintenir ta curiosité en éveil.

La troisième raison de ne pas investir dans ton pays d’origine, c’est pour éviter la tendance à déléguer à tout va. Quand tu investis dans ton pays, tu as souvent cette tendance à laisser ton cousin, ton frère faire les choses à ta place. Or on est toujours là à dire “oui, est-ce que tu peux aller visiter tel terrain là pour moi, est-ce que tu peux aller voir cette société là pour moi et puis je vais t’envoyer de l’argent” Ca, c’est vraiment une erreur qui est fatale.

Parce que le cousin, des fois il va bouffer ton argent jusqu’à ce qui va carrément se prendre une deuxième femme.

Pourtant quand tu es sur une terre inconnue, tu sais que ta présence compte, elle est importante. Tu ne fais confiance à personne d’autre qu’à toi-même. Et là, tu ne délègues pas à tout va, et tu es comme ça au contrôle de ton business. Encore une fois, je t’encourage vivement à investir.

Mais ne le fais pas à distance. Sois sur place. De 2, investis dans des endroits, des pays, des Etats où tu seras un éternel immigré. Et puis 3, tu peux le faire dans ton pays d’origine si tu as bien sûr des soutiens familiaux ou autre importants. Ecoute, si tu as aimé la vidéo, like, commente et partage avec tes connaissances.

Et puis chose importante, clique sur le bouton rouge et puis abonne-toi pour développer tes connaissances business. Car sache une chose : tout ce que tu ne sais pas te coûtera cher demain.