51 Méthodes pour avoir confiance en soi adultes ou ado.

Ma faiblesse par contre, c’est d’être quelquefois un peu tête en l’air.

Je suis quelquefois un peu rêveur, c’est à dire que de temps en temps, il faut me dire Bertrand, on avait terminé à tel endroit, tel endroit et je suis un petit peu comme un moteur diesel en fait. Mais dès que je suis lancé, c’est bon je pars.

Je reconnais ma faiblesse. Donc la première chose à faire pour avoir confiance en soi, c’est déjà d’apprendre à se connaître. Le deuxième conseil pour avoir confiance en soi, c’est d’accepter qui tu es. Oui, il faut que tu acceptes qui tu es. N’essaie pas de jouer quelqu’un d’autre parce que tu seras toujours la photocopie, tu ne seras jamais l’original dans ce cas.

Donc accepte quelque part même tes faiblesses. Parce que quand tu acceptes tes faiblesses, ça te donne un certain charme, ça te donne une certaine personnalité. D’ailleurs tu peux le voir, les héros de certains films parce que je rappelle, je ne suis pas très cinéphile mais je connais quelques héros de film.

Si tu regardes par exemple les héros de certains films comme l’inspecteur Colombo, tu verras que c’est quelqu’un qui a des défauts, des fois il fait oui ma femme, il est un peu tête en l’air mais dans les investigations, il est juste excellent.

Pareil pour Superman, Batman, tous ces héros ont toujours des faiblesses, des défauts donc quand tu sauras t’accepter comme tu es, tu vas voir que ça va développer ce qu’on appelle ton amour propre. C’est très, très important. Donc il faut que tu saches être quelqu’un de vrai, quelqu’un d’authentique, voilà.

Parce que tu vas voir, il y en a qui vont parler, il y en a qui vont jouer souvent des rôles et ça, c’est fatal pour la confiance en soi. D’ailleurs je le vois chez trop d’Africains qui manquent de confiance en eux et qui ont manqué de confiance en eux comme ça pendant toute leur vie.

Pourquoi ? Parce qu’ils ont toujours été la photocopie de quelqu’un d’autre dans leur manière de parler, dans leur manière de se comporter, dans leur manière de se coiffer, tout a été tellement importé, les habitudes ont été tellement emportées qu’au final, on se rend compte que c’est extrêmement défavorable pour la confiance en soi, voilà.

Parce que quand tu passes ta vie à jouer la comédie, tu n’es jamais toi-même et tu ne seras jamais efficace. Donc la deuxième chose à savoir, le deuxième conseil que je peux te donner pour avoir confiance en toi, c’est simplement d’accepter totalement qui tu es.

Ne joue pas un rôle, c’est important. Troisième conseil pour avoir confiance en soi, c’est d’arrêter de te comparer aux autres. En te comparant aux autres systématiquement, qu’est-ce que tu fais ? C’est que tu te dévalorises. En fait, tu vas passer tout le temps justement à être un suiveur au lieu d’être un meneur.

Quelquefois il faut que tu sois la locomotive, que tu sois celui qui draine les autres. Et justement en te comparant aux autres, tu vas passer ton temps à te focaliser plutôt sur tes défauts au lieu de focaliser plutôt sur tes qualités. Et d’ailleurs, on a frustré comme ça une génération de femmes en leur présentant des beautés dans des magazines.

Pourtant c’est souvent des photos retouchées. Donc si jamais tu relativises les choses, si jamais tu as de la gratitude déjà pour ce que tu as, tu vas voir que la vie des autres n’est pas aussi glamour que tu le penses.

Donc aie déjà de la gratitude pour ce que tu as. Sois content de ce que tu es ou de ce que tu as, et puis tu vas voir que tu auras le coeur vraiment apaisé et après voilà, tu vas voir que la confiance va revenir. Donc le troisième conseil pour avoir confiance en soi, c’est arrête vraiment de te comparer aux autres.

3 trucs puissants pour avoir confiance en soi

Le quatrième conseil pour avoir confiance en soi, c’est : il faut que tu oublies tes défauts.

Parce qu’en pensant à tes défauts qui sont souvent imaginaires, tu vas voir que tu auras peur à chaque fois de mal faire, et finalement tu ne seras pas à la hauteur. Imagine par exemple, tu as une conférence avec plusieurs personnes qui doivent t’écouter.

Tu as 200, 600, 1000 personnes devant toi. Ecoute, si tu penses à chaque fois à tes défauts, si tu penses que “oui, je risque de bégayer, je risque d’oublier tout ce que j’aurais à dire” écoute c’est sûr que ce sera l’échec assuré. Moi quand j’ai par exemple un challenge à faire, quand je dois parler devant un public, ce que je fais, j’oublie un petit peu mes soi-disant défauts et je ne pense qu’à mes forces.

Et comment est-ce que je pense à mes forces ? C’est que je me remémore un petit peu tous les moments où j’ai été bon, où j’ai été performant.

Et là, je me mets comme ça sur une onde vibratoire qui fait que je me sens à l’aise, je me sens bien et c’est comme ça que je me mets sur la bonne vague pour pouvoir délivrer le bon message, pour pouvoir être parfait. Donc toujours remémore-toi les moments où tu as été bon, remémore-toi les moments où tout a été positif, où tout a été parfait.

Et là, tu te mettras comme ça sur la bonne onde. Donc le quatrième conseil pour avoir confiance en soi, c’est oublie tes défauts, remémore-toi tous les moments où tu as été bon et forcément au bout, tu seras bon. Le cinquième conseil pour avoir confiance en soi, c’est qu’il faut que tu te donnes le droit de faire des erreurs.

Oui, donne-toi le droit de faire des erreurs parce que l’école ou bien la société en général nous a tous conditionnés à être sanctionnés à chaque fois qu’on fait une erreur. Par exemple quand tu fais un exercice à l’école, dès que tu rates, on te sanctionne.

Quand j’étais par exemple tout petit, je me souviens on avait des maîtres d’école qui nous faisaient des dictées et nous disaient nombre de fautes, nombre de coups. C’est à dire que si tu avais 10 fautes, tu avais 10 coups. Tu avais 15 fautes, tu avais 15 coups. Et c’est comme ça qu’on a traumatisé une génération d’élèves, de personnes qui ont peur de l’échec, qui ont peur de faire des erreurs parce que pourtant dans la vie, plus vite tu vas faire des erreurs et plus vite tu vas apprendre.

C’est comme ça, c’est d’ailleurs Idriss Aberkane qui le dit, c’est que l’échec est un diplôme.

Oui, l’échec est un diplôme. Fais des erreurs, fais des erreurs et tu apprendras beaucoup plus vite. Parce que si tu fais des erreurs par contre, je te conseille : ne cherche pas à les cacher, ne cherche pas à cacher l’erreur. Accepte que tu as fait l’erreur et puis cherche plutôt à apprendre de cette erreur.

Et il faut savoir qu’on arrive à la perfection tout en tâtonnant. C’est en tâtonnant qu’on arrive toujours à la perfection. Donc le cinquième conseil que je peux te donner pour avoir confiance en toi, c’est de te donner le droit de faire des erreurs. L’échec est un diplôme.

7 conseils pour avoir confiance en soi !

Le sixième conseil pour avoir confiance en soi, c’est d’accentuer ses forces naturelles.

Oui parce que nous tous, on a des forces naturelles dans différents domaines. Donc au lieu souvent de cacher tes faiblesses, parce que beaucoup de gens essayent plutôt de cacher, de combler leurs faiblesses, moi ce que je te conseille, c’est plutôt d’accentuer tes forces naturelles.

Oui, travaille sur tes forces naturelles, peaufine tes forces naturelles parce que plus tu seras meilleur dans ton domaine en peaufinant tes forces naturelles, plus la confiance en soi va se développer. Prenons le cas par exemple des champions qu’on a connus dans le domaine du football, que ce soit Samuel Eto’o, que ce soit Zidane ou bien dans plusieurs autres domaines par exemple, que ce soit Michael Phelps à la natation, c’est des gens qui ont beaucoup travaillé sur leurs forces naturelles, qui ont peaufiné leurs forces naturelles et ça leur a donné finalement quoi ? La gloire, l’argent, ça a donné bien sûr la reconnaissance et au final la confiance en soi.

Donc c’est des personnes qui auraient pu faire d’autres domaines, d’autres métiers, et c’est sûr qu’ils auraient été très moyens et bien sûr ils n’auraient pas eu toute cette confiance qu’ils ont aujourd’hui.

Donc le sixième conseil que je peux te donner pour avoir confiance en toi, c’est de développer, c’est de travailler justement sur tes forces naturelles et derrière forcément, tu vas voir que ce sera super bénéfique pour toi, pour hausser ta confiance en toi.

Le septième conseil pour avoir confiance en soi, c’est d’aider les autres. Oui pour moi, c’est la meilleure façon de développer la confiance en soi. Parce qu’à chaque fois que tu vas aider l’autre, à chaque fois que tu vas donner des coups de main à l’autre, tu vas voir que ça va te donner un sentiment de fierté, un sentiment de plénitude.

Si à l’inverse tu passes le temps à demander de l’aide par ci par là, tu vas voir que ça va détruire plutôt ta confiance. Parce que tu te mets en situation d’infériorité à chaque fois que tu demandes. C’est pas mauvais de demander. Il faut souvent demander bien sûr si tu as besoin de connaissances, demande, il faut y aller.

Mais il faut que tu aies aussi l’habitude de donner. Parce que quand tu donnes, tu vas voir que ça augmente la plénitude en fait. D’ailleurs il y a un sujet que j’aborde souvent, c’est le rôle des aides sociales. J’ai toujours dit que les aides sociales, ça brise la confiance.

C’est bien les aides sociales de temps en temps pour remonter quelques personnes, mais si tu reçois ces aides sociales pendant trop de temps, à un moment ça brise ta confiance parce que tu es toujours dans la position de l’aidé et jamais dans la position de l’aidant, de celui qui aide.

Donc mets-toi en position d’aidant, mets-toi toujours en position de celui qui va aider et tu vas voir que ça va développer grandement ta confiance en toi. Donc ça c’était pour le septième conseil, mets-toi en position d’aidant, et pas en position d’aidé. Tu vois, la confiance en soi, c’est quelque chose qui se cultive.

Ca se cultive en apprenant à se connaître, ça c’est une chose. Ca se cultive en apprenant à accepter qui tu es. La confiance en soi, ça se cultive en arrêtant de se comparer aux autres. La confiance en soi, ça se cultive en faisant l’effort d’oublier ses défauts imaginaires.

Et la confiance en soi, ça se cultive en se donnant le droit de faire des erreurs. Oui, tu as le droit de faire des erreurs. Et la confiance en soi, ça se cultive en accentuant tes forces au lieu de chercher à chaque fois à combler tes faiblesses. Et la confiance en soi, ça se cultive en aidant les autres.

Et ça, je peux te le dire, tu peux le faire à tout âge. Donc si tu as aimé la vidéo, écoute, like, commente et puis partage mais surtout donne ton avis, c’est très important de me donner ton avis. Et puis partage cette vidéo avec toutes tes connaissances qui peuvent être intéressées.

Ne fais pas de la rétention d’information, partage cette vidéo et si tu n’es pas encore abonné à cette chaîne, clique tout de suite sur le bouton rouge et puis abonne-toi. Surtout, active la cloche et tu recevras mes nouvelles vidéos toutes les semaines pour développer ton mindset d’entrepreneur.

6 Erreurs à Éviter Avec l’Argent (quand tu es dans la trentaine)

C’est son filtre de sélection qui lui a fait comprendre que bah écoute, Bertrand lui, il est le seul Noir de la classe, donc forcément il est en manque, il n’a pas d’argent, donc si jamais il y a un vol, forcément ce serait lui.

C’est ça, le biais de sélection. Donc la première chose que tu dois savoir, dont tu dois être conscient, c’est que chaque être humain a ce qu’on appelle le filtre de sélection qui le dirige.

Si tu veux utiliser la loi de l’attraction pour réussir, la deuxième étape, c’est de prendre le contrôle de ton filtre de sélection. Oui, parce que c’est toi qui décides de donner de l’importance ou non à certaines choses.

C’est toi qui décides si un échec va te clouer ou sinon il va te propulser. Parce qu’il y a deux choix en fait. Tu peux considérer que cet échec fait partie d’un processus pour atteindre un certain objectif. A ce moment, tu t’en sers comme leçon et paf tu avances.

Ou bien dans l’autre cas, tu peux simplement ressasser encore et encore, ça veut dire que tu donnes de l’importance à cet échec, ce qui fait qu’à la fin, ça va te freiner. Et donc forcément, tu ne vas pas évoluer. Je vais te donner un exemple où c’est applicable encore : même en amour, quand tu sors par exemple d’une relation difficile, écoute, tu as deux choix.

Le premier choix, soit tu ressasses, et à ce moment tu n’avances pas, soit tu considères que ça a été une leçon et là tu avances. Donc prends le contrôle de ton filtre de sélection. Et en améliorant ton filtre de sélection au fur et à mesure, tu sauras donner de l’importance aux leçons que cela t’a apportées au lieu de donner de l’importance au mal que cela t’a fait.

Donc c’est comme cela que tu vas attirer la réussite. Donc la deuxième chose : prends le contrôle de ton filtre de sélection. La troisième étape pour réussir grâce à la loi de l’attraction, c’est de remplir ton esprit de pensées positives.

L’esprit, c’est un petit peu comme un jardin. Si tu l’entretiens, tu l’arroses, là tu auras du super beau gazon. Mais le jour où tu ne vas pas l’entretenir, tu vas le laisser pendant un mois, deux mois, trois mois, là les mauvaises herbes vont prendre de la place.

C’est comme cela que fonctionne l’esprit. Si tu inondes ton esprit que de pensées positives, si tu l’éduques, tu l’entretiens, ton esprit va produire des choses positives. Tu seras toujours positif dans la vie. Si par contre tu inondes ton esprit de mauvaises nouvelles, tu inondes ton esprit de peurs, de doutes comme on peut voir un petit peu à la télévision, là crois-moi, tu vas voir le monde entre guillemets en noir comme on dit.

Tu vas voir, tout sera sombre autour de toi. Ca c’est l’impression que tu auras. Ca c’est par rapport à ton filtre, en fait.

Ca veut dire que tu as sali ton filtre quelque part. C’est pourquoi d’ailleurs je ne regarde quasiment jamais la télévision. Pourquoi ? Parce qu’à la télévision, dès que tu allumes le journal, tu vas voir on va te parler de crimes, de guerres, d’inondations, de chômage, de crise sanitaire…

Et tu as l’impression que rien ne va, rien ne marche plus dans le monde, et c’est comme cela que tu salis ton filtre de sélection. Donc il faut que tu remplisses ton esprit de pensées positives. Parce que si tu ne remplis pas ton esprit de pensées positives, tout naturellement, ce sont des pensées négatives qui vont s’installer.

Parce que comme on le dit souvent, c’est que la nature a horreur du vide. C’est pour ça d’ailleurs que chaque matin je le fais et je conseille, c’est conseillé d’ailleurs a beaucoup de gens de le faire, c’est que chaque matin, il faut remplir son esprit de pensées positives.

Ca peut être grâce à la méditation ou autre chose, et puis toute la journée, tu vas voir que tout naturellement, tu auras des gestes positifs, tu verras les choses sous un angle positif et tu vas attirer les choses positives. Donc c’est cela la loi de l’attraction. La quatrième étape pour réussir grâce à la loi de l’attraction, c’est d’agir comme si tu avais déjà réussi.

En fait, il s’agit de parler à ton inconscient. Et ça, ça peut se faire de deux façons. La première façon, c’est de faire des affirmations. C’est à dire que regarde-toi par exemple, et dis “J’ai du succès” et non “Je veux avoir du succès”, non c’est un peu mou.

Dis par exemple “Je suis fort” et non “Je veux être fort”. Dis par exemple “Je suis une bonne épouse/je suis un bon mari” et non “Je veux être une bonne épouse ou je veux être un bon mari”. Parce que ça c’est mou, en fait. Et la deuxième façon, c’est d’agir comme si tu avais déjà ce que tu désires.

Sois dans l’action comme si tu avais déjà ce que tu désires. Par exemple si tu veux être millionnaire, agis comme un millionnaire. Va par exemple dans des restos chics, ça te permet de te mettre un petit peu en situation et de comprendre le goût, de comprendre un peu comment ça fait d’être justement dans cette situation.

Et là justement, tu es en train de parler à ton inconscient. Si tu veux être un chanteur célèbre, agis comme un chanteur célèbre. Imagine-toi en train de chanter toujours devant 17000, 20000 personnes. C’est comme cela qu’il faut faire.

Donc tu dois t’imaginer être arrivé à ton but avant même d’y arriver. Et c’est extrêmement puissant, c’est ce qu’on appelle la loi de l’attraction. Donc agis comme si tu avais déjà réussi, mais je conseille quand même de travailler derrière pour arriver à ce niveau. Pour finir, comment est-ce que tu utilises la loi de l’attraction pour réussir ? Première des choses : il faut que tu sois conscient que chacun a un filtre de sélection.

Il faut savoir que ça existe et c’est très important. C’est un petit peu comme ton pare-brise, comme ton miroir. La deuxième chose, c’est de prendre le contrôle de ce filtre de sélection et le diriger.

Donc il faut que tu saches : est-ce qu’il faut que je mette de l’importance sur certaines choses ou pas ? Est-ce qu’il faut que je m’en serve comme tremplin ou pas ? Est-ce qu’il faut que je ressasse ou pas ? Et la troisième chose, c’est de remplir ton esprit de pensées positives.

Parce que quand tu ne remplis pas ton esprit de pensées positives, naturellement c’est les pensées négatives qui vont prendre le dessus parce que la nature a horreur du vide. Et puis surtout, agis comme si tu avais déjà réussi. Parce que quand tu agis comme si tu avais déjà réussi, tu donnes un signal à ton cerveau et c’est comme cela que tu vas réaliser tout ce dont tu as rêvé.

Et là, les choses vont arriver naturellement, normalement. Ecoute, si tu as aimé la vidéo, like, commente, partage surtout avec tes connaissances. Et puis chose importante, clique sur le bouton rouge et abonne-toi pour développer tes connaissances business Et comme je le dis toujours, tout ce que tu ne sais pas aujourd’hui te coûtera beaucoup plus cher demain donc abonne-toi.

Comment utiliser la loi de l’attraction pour réussir

Comment utiliser la loi de l’attraction pour réussir ? Bienvenue dans la 16ème vidéo de la série qui s’intitule : “Le pouvoir du Mindset”.

Et comme tu le sais, c’est une série de petites vidéos de 5, 10, 15 minutes que tu peux regarder rapidement sur le chemin en allant au travail ou bien lors de ta pause et même juste le soir avant de dormir.

Donc clique sur le bouton rouge S’ABONNER et puis abonne-toi à cette chaîne pour bénéficier des astuces croustillantes que je vais t’envoyer comme cela régulièrement trois fois par semaine. Si tu ne me connais pas, je suis Bertrand Nouadje, je suis chef d’entreprise depuis 2006.

Je suis spécialisé dans les stratégies d’entreprise, dans la vente notamment, et également dans le marketing digital. J’accompagne de nombreux entrepreneurs à augmenter, à multiplier leurs chiffres d’affaires notamment à travers mes séminaires, à travers mes formations et également à travers mes publications.

S’agissant justement de la loi de l’attraction. Tu sais, beaucoup de gens se demandent ce que c’est que la loi de l’attraction. Il y en a qui pensent que c’est des choses plutôt mystiques, des choses un peu compliquées. Non, rien de tout ça. La loi de l’attraction, c’est quoi ? Simplement, c’est le fait d’attirer dans ta vie tout ce que tu veux par la pensée, par la croyance.

Mais comment utiliser cette loi de l’attraction pour réussir ? C’est ce qu’on va voir. Si tu veux utiliser la loi de l’attraction pour réussir, la première chose dont tu dois être conscient, c’est qu’il y a ce qu’on appelle le filtre de sélection.

Il y a quelque chose qu’on appelle le biais de sélection. C’est à peu près la même chose. Le biais de sélection, c’est quoi ? C’est que l’être humain est généralement à la recherche d’informations qui vont confirmer ses croyances. Je te donne un exemple : si tu te lèves par exemple le matin, tu te dis “Ah oui mais là, je sens que la journée va être mauvaise, je suis pas bien”, là tu risques de te focaliser sur tout ce qui est négatif et forcément ta journée sera mauvaise.

Et forcément, c’est que tu vas confirmer toutes tes croyances.

C’est ça justement le biais de sélection. Je peux te donner un autre exemple encore un peu différent. C’est que si par exemple tu as envie d’acheter une voiture, imaginons une Range Rover noire, écoute, quand tu vas passer dans la rue, tu verras des Range Rover noire passer de partout. Et pourtant une personne qui n’est pas intéressée par l’achat d’un Range Rover ne verra pas ces voitures passer Donc c’est ça le biais de sélection.

Par exemple, un autre exemple tu vas des fois entendre “Oui, ce monsieur, ce businessman, il a du flair” Il a du flair parce qu’il a un filtre de sélection qui est différent, qui le dirige vers des affaires, en fait.

C’est ça, donc tu comprends que généralement on attire vers soi les choses quand notre attention a mis le focus. Dès que notre intention met le focus, là on attire les choses. Chaque être humain a son biais de sélection. Et quand tu es conscient de cela, écoute, tu fonces, tu t’en fous de tout.

Des fois, tu veux lancer un projet, tu vas voir il y en a qui vont te dire “Non on n’y va pas, n’y va pas !” Il faut comprendre que c’est leur biais de sélection qui est en train de les diriger. C’est leur peur qu’ils sont en train de projeter plutôt vers toi.

Donc tu ne dois pas écouter cela, tu dois juste foncer. Pareil, quelqu’un peut manifester du racisme envers toi, écoute, c’est son filtre de sélection qui est en train de le tromper. Donc tu t’en fous, tu fonces. D’ailleurs je me rappelle il y a quelques années, lorsque j’étais en IUT de mesures physiques, ça c’était à Orsay il y a quelques années déjà, lors d’un cours de mathématiques, c’était lors de travaux dirigés, ce qu’on appelle les TD, il y avait une jeune fille qui ne trouvait pas sa calculette, en fait.

Elle avait apparemment une super calculette qu’elle ne retrouvait pas.

Et pourtant elle était assise très très loin de moi. C’était des salles de 22-25 élèves, en fait. Et elle s’est mise à chercher sa calculatrice, à chercher, et je voyais qu’elle me regardait. A un moment, elle vient vers moi et me dit “Bertrand, t’as pas trouvé ma calculatrice ?” Et là je me dis mais pourquoi est-ce que tu me demandes à moi ? On est 25 dans la classe et pourquoi tu me demandes à moi ? Et je me souviens déjà à l’époque, j’étais vraiment du tac au tac.

Bon, maintenant je me suis un peu calmé mais déjà à l’époque j’étais comme ça, vraiment du tac au tac. Et elle me demande ça, mais je me suis calmé, je lui ai juste dit “mais pourquoi est-ce que tu me demandes à moi et pas aux autres en fait ?” Et là j’ai compris que c’est son biais de sélection.

5 conseils de psy pour éviter la psychose

Parce que émotionnellement, vous avez été bousculé, peut-être qu’il y a eu un traumatisme, qu’il y a un deuil à faire, un élément dans votre vie, vous avez peut-être du mal, d’ailleurs, il faudra aller creuser au niveau des facteurs et des sources de cette dépression et un accompagnement pour cela, un protocole anti-dépression va vraiment vous permettre de sortir de la dépression.

Alors, là je parle, par exemple, de la dépression légère. Lorsqu’on est dans une dépression modérée ou sévère, je vais être très claire, un accompagnement à la fois en thérapie, en protocole anti-dépression de thérapie plus des médicaments vont être nécessaires.

Pourquoi? Parce que si vous ne prenez pas les antidépresseurs, le risque, c’est que vous allez vous enfoncez plus longtemps dans la dépression, que la douleur et la souffrance soient telles que ça va vraiment vous mettre à mal personnellement, au niveau familial et au niveau professionnel avec des risques.

Il faut être clair, la dépression est une maladie qui a aussi des risques de suicide. Donc il ne faut pas la prendre à la légère et les médicaments sont là pour assurer le fait que vous puissiez traverser cette dépression, mais sans être complètement au fond de l’abîme.

Donc, les antidépresseurs, parlons un peu plus des antidépresseurs qu’est-ce que c’est, parce qu’il y a un peu un côté très : “Si je prends des anti-dépresseurs, c’est pour la vie. Je vais être dépendant je ne pourrai jamais m’en sortir…” Non, mais je vous rassure, les antidépresseurs, je vais être claire tout de suite, il n’y a pas de dépendance par rapport aux antidépresseurs, par contre, dans certains cas et pour certaines personnes, la prise des antidépresseurs va être nécessaire même après la fin des épisodes dépressifs.

Ce n’est pas parce que vous êtes dépendant, mais parce que votre système nécessite une prise de ces antidépresseurs Pourquoi? Parce que l’antidépresseur qu’est-ce que c’est? C’est un inhibiteur de re-capture de la Sérotonine et de la Noradrénaline qui participent, ce sont des hormones et neurotransmetteurs, à votre équilibre à la fois physique et psychique.

Donc, notamment on dit que la Sérotonine, c’est la molécule du bonheur, donc vous en avez besoin dans un bon équilibre, dans votre vie. Si par exemple, vous prenez un médicament, par exemple pour l’hypertension, vous n’êtes pas dépendant aux médicaments à l’hypertension, mais vous savez que comme vous avez de l’hypertension vous devriez prendre ce médicament pour justement réguler votre tension.

Pour certaines personnes, l’antidépresseur, vous allez continuer après l’épisode dépressif, pas parce que vous êtes dépendant, mais parce que c’est nécessaire pour l’équilibrage de votre corps et de votre cerveau.

Voilà, donc je suis très claire là-dessus. Pourquoi il n’y a pas de dépendance aux antidépresseurs? Tout simplement, parce qu’il n’y a pas d’accoutumance et qu’il n’y a pas de tolérance. Qu’est-ce qu’on veut dire par là? Ni accoutumance, ni tolérance, ça veut dire que l’on n’est pas obligé d’augmenter les doses déjà, et il n’y a pas de perte d’efficacité de l’antidépresseur.

ça voudrait dire que ce serait ça qui fait qu’il y aurait une dépendance. Alors, vous allez me dire “oui mais moi on m’a changé mon traitement!” Oui parfois on change votre traitement d’antidépresseurs parce qu’on essaye de trouver, ça souvent c’est le médecin traitant psychiatre qui va le faire, le meilleur dosage, le meilleur type d’antidépresseurs en fonction de votre situation.

D’accord, donc si vous prenez un antidépresseur vous pouvez très bien prendre vos autres traitements si vous avez d’autres traitements médicamenteux à côté.

Il suffit juste de voir avec votre médecin et il fera les bons choix pour vous. Par contre, en ce qui concerne les anxiolytiques, oui, là par contre, il peut y avoir une dépendance aux anxiolytiques surtout si vous les prenez plusieurs mois. Au bout de 7 ou 8 mois, là vous avez un risque de commencer à être en dépendance.

Voilà, donc j’en termine sur l’explication, entre antidépresseurs et anxiolytiques, vous avez compris, dans certains cas, c’est nécessaire. Pour l’anxiolytique il y a une possibilité de dépendance, pour l’antidépresseur n’y a pas de dépendance.

et là on va me dire à ce moment là, pourquoi je suis obligé de descendre la dose petit à petit? Tout simplement parce que l’antidépresseur, joue un rôle de régulation de votre Sérotonine et de la Noradrénaline, dans certains cas, les deux, l’un ou l’autre. Et ça veut dire que nous avons de la Sérotonine naturelle et de la noradrénaline naturelle, et il faut le temps que celles ci refonctionnent par elles-mêmes et qu’elles soient solides.

Donc, c’est pour ça que vous allez baisser petit à petit la dose d’antidépresseurs, pour que votre Sérotonine et Noradrénaline naturelles puissent prendre le pas et puis, être bien solides.

Si par contre, quand elles sont un peu “fraîches”, et vous arrêtez d’un seul coup les antidépresseurs, il y a un système de décalage, elles n’ont pas eu le temps de bien “s’ancrer” la Sérotonine et la Noradrénaline naturelles. Et donc, ce n’est pas bon pour votre corps et pour votre cerveau.

Il faut vraiment qu’on ait le temps de pouvoir faire ce système de vases communicants.Voilà, donc, j’ai ces éléments. Maintenant, dans cette vidéo, j’aimerai aussi pouvoir vous donner des éléments, comment faire pour sortir de la dépression sans ces médicaments, sans les anti-dépresseurs, mais surtout, même si on a des antidépresseurs et des anxiolytiques, vous l’avez compris, parce que dans certains cas c’est nécessaire.

Éviter le Burnout : 8 manières efficaces !

Bienvenue dans “Graines De Conscience”, des conseils d’experts pour apprendre à grandir et se faire du bien.

Dans cette vidéo, je vais vous parler de la dépression et je vais répondre précisément à cette question qu’on me pose très régulièrement au cabinet et donc, si vous voulez la poser aujourd’hui, c’est tout à fait normal c’est : Est-ce que si je suis en dépression je dois prendre des médicaments? Est-ce que je dois prendre des anxiolytiques et des antidépresseurs? Donc, je vais prendre le temps dans cette vidéo de vous expliquer quand est-ce qu’on prend des médicaments et quand est-ce qu’on n’en prend pas.

Et puis à côté, est-ce qu’il y a d’autres choses que vous pouvez faire, mettre en oeuvre, pour pouvoir traverser et sortir d’une dépression ou d’un épisode dépressif sans médicaments. Ou alors, s’il y a des médicaments qu’est-ce que vous pouvez faire à côté, pour vraiment pouvoir traverser cette dépression.

Donc d’abord, concrètement ce qui va faire que vous ayez besoin ou pas d ‘antidépresseurs, ça va dépendre de votre niveau de dépression et de l’intensité de la dépression. Est-ce que vous êtes dans un épisode dépressif léger? Est-ce qu’il est saisonnier? Est-ce qu’il fait suite à une rechute ou à une récidive? Donc, la différence déjà, qu’il y a entre une rechute et une récidive : une rechute ça veut dire que vous êtes dans un épisode dépressif et que vous avez une rechute, vous n’êtes pas sorti de l’épisode dépressif, donc, vous n’êtes pas sorti de votre dépression, et hop! ça rechute.

La récidive, ça veut dire que vous avez eu un épisode dépressif dans votre vie et là, il y a une récidive. C’est-à-dire qu’il y a un nouvel épisode dépressif qui revient. Donc, la grande différence à apprendre entre une rechute et une récidive, c’est que dans la rechute, vous n’étiez pas sorti de votre dépression, alors que dans la récidive, il y a eu une ancienne dépression, c’est un nouvel état dépressif, je le précise bien.

Donc, si vous avez une dépression qui est légère, vous allez pouvoir traverser cette dépression sans avoir besoin de prendre des antidépresseurs ou des anxiolytiques.

Par contre, si vous êtes dans une dépression modérée, sévère, avec des rechutes et des récidives, très certainement la prise de médicaments d’antidépresseurs et où d’anxiolytiques, va être nécessaire. Pour cela, il est important que vous puissiez d’abord faire un diagnostic avec votre médecin traitant, et puis, il sera aussi certainement nécessaire, peut-être de voir un psychiatre pour vraiment établir à la fois votre diagnostic, mais aussi, si vous êtes dans une dépression sévère ou modérée, le type de traitement et de médicaments qui est nécessaire.

Alors, d’ailleurs pour ceux qui souhaitent savoir tout de suite à quel niveau de dépression vous êtes, je vous ai mis dans le lien que vous pourrez retrouver à la fin de la vidéo.

Le fait de pouvoir faire le test, à savoir, si vous êtes ou pas en dépression est sain, mais restez bien jusqu’à la fin de cette vidéo pour que je vous explique tout, et à la fin vous pourrez faire le test pour savoir est-ce que vous êtes ou pas en risque de dépression.

Ensuite, donc une fois que l’on a identifié son type de dépression, je rappelle d’ailleurs, que les signaux qui doivent vous alerter par rapport à une dépression ça va être : la première chose le manque d’entrain, la difficulté et même sur des tâches quotidiennes ou qui habituellement vous plaisent, tout est compliqué, difficile.

Vous avez une fatigue qui est là constante, que ce soit au coucher le soir où au réveil le matin, alors que vous venez de dormir. Vous avez des difficultés de sommeil, que ce soit d’insomnie ou alors à sortir du sommeil, votre sommeil n’est pas réparateur.

Ensuite, vous sentez qu’il y a une tristesse profonde qui est là, qui vous envahit et quelque soit l’endroit, que vous soyez dans votre vie privée, que ce soit au travail, que ce soit avec vos enfants et même si vous allez visiter un pays qui est Waw, vous êtes un petit peu en mode encéphalogramme plat.

Ça, ça doit vous alerter. Ensuite, il y a différents autres symptômes qui vont être le fait d’avoir le sentiment d’avoir mal partout, de choper beaucoup de choses… Quand je dis choper beaucoup de choses, c’est-à-dire, votre système immunitaire, vous avez le sentiment qu’il est à mal.

Pareil, à la fin de la vidéo, si vous faites le test après, je vous donne plein d’éléments qui vous permettront vraiment de diagnostiquer si vous êtes ou pas en dépression. Et surtout c’est important de diagnostiquer votre niveau de dépression, parce que c’est la base pour pouvoir être accompagné et que vous ayez un un protocole anti-dépression qui soit efficace.

Donc vraiment, ne faites pas l’économie de faire ce test. Alors, une fois que je vous ai dit ça, est-ce qu’on prend des médicaments ou pas? Donc si vous êtes dans une dépression légère, on va dire que si cette dépression légère ne dure pas plus de 6 mois, vous allez pouvoir éviter la case antidépresseurs, et puis, vous pourrez peut-être éviter la case anxiolytiques, sauf si vous avez vraiment un sentiment d’anxiété importante qui vous met en douleur, qui vous met en souffrance.

C’est-à-dire, vous avez mal dans le corps et vous vous sentez mal avec une tension, des ruminations, avec un sentiment de boule dans la gorge constante, avec l’estomac qui est constamment noué, parfois les anxiolytiques vont vous soulager, et donc, c’est important de prendre en compte que parfois, les médicaments vont vous aider parce qu’ils vont éviter que vous vous enfonciez dans la dépression.

Donc, dans le cas de la dépression légère, en réalité, c’est avant tout un accompagnement et une psychothérapie, un protocole santé anti-dépression, qui est nécessaire parce qu’il va falloir que vous traversiez cette dépression, mais que vous puissiez agir pour “remettre à jour” votre cerveau et pouvoir traverser.